Rosa candida ne fait visiblement pas l'unanimité..

Rosa candida ne fait visiblement pas l'unanimité..

La première particularité de ce livre réside dans sa couverture aux motifs géographiques et aux couleurs dignes des années 50. Le titre du roman et surtout le nom de l'auteur sont tout autant atypique : Rosa Candida, par Audur Ava Olafsdottir (avec en supplément des trémas qui n'existent pas sur nos claviers occidentaux classiques). Ce livre a déjà rencontré un franc succès à l'internationale, révélant son auteure islandaise au grand public.

Arnljotur a vingt-deux ans et décide de mener à bien les projets qu'il a pour son avenir. Pour cela, il doit partir de la maison familiale et laisser son père de soixante-dix-sept ans et son frère jumeau, Josef, autiste. Passionné d'horticulture comme sa mère, morte dans un accident de voiture, il quitte les terres volcaniques de l'Islande pour le continent, où il espère trouver une place en tant que jardinier et cultiver sa rare variété de rose à huit pétales, la Rosa Candida.
Le voyage est long, assez éprouvant pour quelqu'un qui n'a jamais pris l'avion. Les premières expériences d'Arnljotur ne seront pas forcément concluantes, mais le jeune homme parviendra à se faire une place au sein d'un monastère.

Rosa Candida commence plutôt bien : la plume de l'auteur et légère et facile à lire, les chapitres sont courts, ce qui permet d'avancer rapidement dans la lecture sans même s'en rendre compte. Mais pour ma part, le personnage principal m'a rapidement agacée, au point de ne même plus avoir envie de savoir quelles seraient ses prochaines aventures.
Tout semble un peu tiré par les cheveux et caricatural : surdoué, bachelier à 16 ans, dernier interlocuteur de sa défunte mère, il est aussi père d'une fillette (la faute à une histoire sans lendemain, un « accident de préservatif » comme c'est si joliment écrit dans le roman) et obsédé par ses roses au point de ne plus s'intéresser aux vies humaines qui l'entourent.
J'ai eu beaucoup de mal à venir à bout de cette lecture, malgré le talent indéniable de l'auteur. Il faut aussi reconnaître que la fin est touchante, même si elle devient plus ou moins prévisible au cours de l'histoire.

J'ai pu constater que ce roman avait connu un grand succès, en France comme dans les autres pays européens. Rosa Candida fait peut-être partie de ces livres dont on se souvient, mais pour ma part, il ne m'a pas réellement convaincue.

Voir sur Amazon.fr

par No'