Le dernier roman d'Abécassis, un peu léger mais plutôt une bonne surprise

Le dernier roman d'Abécassis, un peu léger mais plutôt une bonne surprise

Pour moi qui suis plutôt habituée à lire des classiques ou des livres dits « sérieux », j'ai décidé que ce début d'été méritait d'être un peu plus léger et me suis donc décidée à faire mes derniers achats en librairie en conséquence. Sur ma liste, le dernier roman d'Agnès Abécassis, Week-end surprise, que j'avais sélectionné dans une revue littéraire de pas très haut vol, sans grande conviction. Au premier abord déjà, petit blocage quant au format carré et à la couverture du livre, trop simpliste et enfantine à mon goût – je n'y aurais jamais prêté attention si je n'avais pas eu d'échos positifs le concernant. J'avais lu quelques extraits sur Internet et la plume de l'auteur m'avait assez convaincue, donc je dépassais le stade de l'apparence de l'objet pour me plonger dans la lecture.

L'écriture est fluide, assez simple et entraînante, mais les premières pages ne me convainquent pas tout à fait, j'ai quand même un peu de mal à entrer dans le vif du récit. Il me manquait une étincelle, une accroche plus franche... qui a fini par arriver, résultat : j'ai terminé Week-end surprise en seulement quelques heures. Il faut dire que les événements se succèdent et que le lecteur a réellement l'impression de vivre aux côtés de l'héroïne : le livre se divise en chapitres concernant chacun un jour de la semaine (du lundi au dimanche, avec un épilogue en prime). Certaines sous-parties sont même organisées d'après les heures du jour ou de la nuit, impossible donc de se perdre dans le récit.

L'héroïne, Brune (en réalité Byul), d'origine coréenne, quasi-quadragénaire mère célibataire de deux jumeaux, Noé et Nestor, a suivi une formation d'arts du spectacle avant de se retrouver à enchaîner les petits boulots, se retrouvant à présent serveuse dans le restaurant de celle qu'elle considère comme sa grand-mère. Impulsive, surprotectrice envers les gens qu'elle aime et très marrante, Brune passe une grande partie de son temps à correspondre avec Léonard, animateur radio qu'elle considère comme l'un de ses meilleurs amis. Exténuée et sans cesse sur les nerfs, Brune a besoin d'un break, qui lui sera offert par ses proches et lui permettra de partir à l'assaut de Londres tout un week-end, en seule compagnie de ses adorables (ou presque) jumeaux. Saura-t-elle profiter de ces trois jours pour renforcer leur relation ? Et saura-t-elle aussi ouvrir les yeux sur une évidence qui pourrait changer sa vie ?

J'ai bien aimé les innombrables références culturelles présentes dans le roman (paru en mai 2013), qui m'ont toutes interpellées par leur actualité : il est question de la chorégraphie de Gangnam Style, d'un épisode de la dernière saison de Grey's Anatomy (avec détails sur les personnages, les acteurs, les scènes, délicieux!), des studios Harry Potter de Londres (dans lesquels j'ai la ferme intention de me rendre avant leur fermeture)... Bref, autant de petits clins d'oeil qui côtoient les clichés des touristes français en visite à Londres, photos dans les cabines rouges et balades en taxi noir incluses.
A côté de cela, les personnages sont plutôt attachants, Brune et ses jumeaux en premier plan. Les autres passent au second plan, on connaît leurs histoires et leurs apparences physiques sans pour autant se sentir proche d'eux.

Néanmoins, le récit manque de profondeur (ou peut-être suis-je trop exigeante) et aurait besoin d'un cachet supplémentaire pour qu'il ne soit pas oublié aussitôt reposé sur l'étagère, car j'avoue que je ne suis pas certaine de m'en souvenir très longtemps.

Week-end Surprise n'en reste pas moins une lecture plaisante pour un moment de détente en cet été souvent pluvieux...


Voir sur Amazon.fr

par Justyne