L'Odyssée de Pi, un époustouflant périple

L'Odyssée de Pi, un époustouflant périple

L'Odyssée de Pi, réalisé par le Taïwanais Ang Lee (Le Secret de Brokeback Mountain, Hulk), est l'un des plus grands succès du box-office de la fin 2012. Adapté du roman de Yann Martel, il retrace le périple du jeune Indien Pi Patel, fils d'un propriétaire de zoo qui décide de s'expatrier au Canada en compagnie de sa famille et de sa ménagerie, dans l'espoir d'y trouver de meilleures conditions de vie. Mais le navire censé les transporter au bout du monde va faire naufrage, et Pi réussira par miracle à atteindre un canot de sauvetage... sur lequel il ne sera pas seul, car le redoutable tigre du Bengale Richard Parker semble y avoir élu domicile lui aussi. Le film met du temps à démarrer, on a droit à une longue introduction en Inde, dans des décors somptueux qui ne sont pas sans nous rappeler un certain Slumdog Millionaire. La religion est omniprésente dans les discussions familiales, et le jeune héros fait part de ses mésaventures scolaires, souvent dues au prénom pour le moins tordu que lui a choisi son père : car Pi est en fait le diminutif de Piscine Molitor. Vous avouerez qu'il y a mieux, quand même. Mais une fois que toute la joyeuse compagnie se retrouve sur le bateau – face à un Gérard Depardieu particulièrement cruel – le film peut vraiment démarrer, et c'est là surtout que la 3D fait son effet.

Les scènes de la mer tantôt calme, tantôt déchaînée, sont impressionnantes, et les paysages de l'île aux suricates ou du ciel étoilé sont éblouissants. On croise baleines phosphorescentes, bancs de poissons volants, jungle luxuriante, couchers de soleil irradiants de beauté ; c'est un véritable festival visuel qui enchantera tous les publics, à l'instar d'Avatar ou de Titanic (tous les deux réalisés par le génie du visuel James Cameron).

La situation inédite et pour le moins embarrassante dans laquelle se retrouvera Pi l'obligera à faire preuve d'ingéniosité et de sagesse face au félin agressif. Mais guidés tous les deux par leurs instincts de survie, ils parviendront – tant bien que mal – à cohabiter, et le spectateur verra là la naissance d'une étonnante histoire d'amitié entre le fauve et le jeune garçon, qui devra livrer une lutte contre la faim et la folie.
Malgré les quelques longueurs du scénario et certains dialogues un peu incongrus, le grand spectacle offert par le réalisateur saura calmer l'ennui et satisfaire jeunes et moins jeunes. La fin du film amène par ailleurs à une intrigue supplémentaire, que chaque spectateur interprétera différemment.

Laissez-vous émerveiller par la bande-annonce du film :



Voir sur Amazon.fr

par Laurie