Avec Girl On Fire, Alicia Keys nous livre un cinquième album inégal

Avec Girl On Fire, Alicia Keys nous livre un cinquième album inégal

Entre une collaboration avec Reebok, son association Keep A Child Alive, un mariage et un bébé, Alicia Keys trouve tout de même le temps pour faire de la musique puisqu'elle a sorti en novembre 2012 son 5ème album, Girl On Fire. La diva new-yorkaise s'est faite attendre 3 ans après la sortie de The Element Of Freedom et l'importante promo mise en place autour de l'album n'a fait que renforcer l'impatience des fans...


L'album démarre avec une jolie introduction au piano, De novo adagio, pour nous rappeler qu'Alicia Keys est une pianiste/arrangeuse hors pair. Les choses sérieuses commence avec Brand new me, un morceau très mélodieux qui présage du très bon pour la suite de l'album. When It's All Over est plus groovy et pas mauvais mais il manque ce petit quelque chose, qui vous fait frisonner et voyager. Listen to your heart et That's What I Knew sont du même acabit, ils se laissent écouter mais on reste un peu sur notre faim, on attend vraiment plus de la diva ! New Day, aux sonorités plus hip-hop est plutôt bon et accrocheur.

Et puis vient le tour de Girl On Fire, LE tube de l'album (pour preuve il est décliné en d’innombrables remixes sur les bonus tracks de l'album et sur Internet) dans la lignée des grands classiques d'Alicia. La voix, l'ambiance, la mélodie, le refrain, tout est parfait ! Ca y est, on est dans l'ambiance et puis patatra, Fire We Make arrive, un morceau soul en featuring avec Maxwell de 5 minutes qui paraît au moins 10 – on zappe. Sur Tears Always Win et Not Even The King, la voix d'Alicia et son piano sont au centre des débats. Dans 2 styles différents, une chanson pop pour le premier et une ballade pour le deuxième, les morceaux sont beaux et entraînants. Malheureusement, on retombe vite dans nos travers avec Limitedless, un morceau mi funk-mi reggae qui ne colle pas vraiment au style d'Alicia. L'album se conclue avec One Thing et 101, des ballades portées par une mélodie au piano qui nous rappelle que c'est dans ce domaine qu'Alicia Keys est la meilleure.

A l'arrivée, Alicia Keys signe un opus en deçà de ce que l'on pouvait espérer, alternant le bon et le moins bon. Certains titres sont excellents (Girl On Fire, Brand New Me, Tears Always win) alors que d'autres ne méritent pas leur place sur ce Girl On Fire.

Voir sur Amazon.fr

par Mickael Leroy