Mickael Leroy

Mickael Leroy

Je m'apelle Mika et j'ai 22 ans. HUGE BATMAN FAN!

  Paris

Avec The Call, le suspense est au bout du fil!

jeudi 01 août 2013      The Call [Blu-ray]

The Call est le genre de film qu'on hésite à regarder, qu'on réserve pour un dimanche après-midi pluvieux, mais qui, après visionnage, s'avère vraiment sympa. Certes pas vraiment révolutionnaire, mais tout de même attrayant.
Le film raconte l'histoire de Jordan Turner (Halle Berry), une opératrice du 911 à Los Angeles. Elle fait le lien entre les victimes et les forces de police sur le terrain jusqu'au jour où elle assiste, impuissante, au meurtre d'une jeune fille par un déséquilibré. Traumatisée par cette mauvaise expérience, elle décide de quitter le standard pour devenir formatrice dans le même service. Pourtant quelques temps plus tard, une jeune recrue est en ligne avec une autre jeune fille kidnappée par un psychopathe, appelant du coffre d'une voiture. Sa jeune collègue perdant les pédales, Jordan est obligée de prendre les choses en main et va tout faire pour sortir la jeune fille de là...



Le scénariste Richard D'Ovidio a eu la bonne idée de prendre pour cadre du film le centre d'appel du 911, milieu peu mis en avant au cinéma et finalement plutôt méconnu du grand public. Le scénario est simple mais bien pensé, une véritable course contre la montre pour réussir à mettre la main sur ce taré psychopathe à tendance sérial killer, qui nous tient en haleine et nous plonge dans une tension toujours plus forte... Du moins pendant la première partie du film ! Car sur un coup de folie, Jordan décide elle-même de partir à la recherche de la jeune Casey et c'est à partir de ce moment là que l’intérêt et le rythme du film retombent, les invraisemblances scénaristiques se multiplient jusqu'à un final plutôt improbable sur fond de vengeance personnel et sadique, vraiment dommage...

Halle Berry, malgré des soucis capillaires certains (Woof woof pour la coupe caniche!), est plutôt bonne et livre une prestation solide du début à la fin. Quel plaisir également de revoir Abigail Breslin (qui a bien grandi depuis Little Miss Sunshine) et bien qu'elle passe la majeure partie du film dans un coffre de voiture, la jeune actrice est convaincante et ne surjoue jamais. Michael Eklund, qui joue le rôle du méchant kidnappeur, qui va vite se transformer en véritable tueur sanguinaire, peine à convaincre et abuse un peu de la crispation de mâchoire et des hurlements pour exprimer sa rage, ce qui peut vite devenir agaçant.

The Call est un thriller sans prétention plutôt efficace avec une bonne tension et de bons acteurs. Le film repose assurément sur la relation téléphonique entre Jordan et Casey et il aurait été sûrement plus intéressant d'exploiter cette relation jusqu'au bout plutôt que d'envoyer Halle Berry au casse-pipe, ce qui gâche complètement le rythme du film.


Nouvel album de Robin Thicke: Blurred Lines et puis c'est tout!

mercredi 17 juillet 2013      Blurred Lines [Explicit] (Amazon Exclusive)

A moins d'avoir vécu dans une grotte sans télé et sans radio ces trois derniers mois, vous avez difficilement pu échapper au succès de Blurred Lines de Robin Thicke, l'un des hits de l'été avec sa mélodie entêtante et funky. Un titre qui sert de premier single pour son album du même nom, sorti en France le 15 juillet dernier. Il faut être objectif, Robin Thicke a sorti quelques gros tubes au cours de sa carrière, tels que Lost Without U, Magic ou Sex Therapy (qui sont d'ailleurs sur son Blurred Lines EP) mais n'a jamais réussi à tenir la mesure sur un album complet et ses albums sont très souvent considérés comme des « albums à single unique ». Qu'en est-il de ce dernier opus ?




Pour ce sixième album, composé de 11 titres, Robin Thicke s'est un peu éloigné des ballades R'n'B langoureuses qui ont fait son succès pour un album aux sonorités plus pop, soul et disco, résultat de la patte du rappeur-producteur Pharrell Williams. L'album est donc un peu différent, plus rythmé, de ce à quoi Robin Thicke nous avait habitué auparavant, mais ce n'est pas une mauvaise chose en soi lorsqu'on voit la facilité que le chanteur a à élever le tempo sur Blurred Lines.
Take It Easy On Me
est en effet un morceau qui risque également d'avoir sa place dans les playlists de boîtes avec son rythme entraînant et ses sonorités électro. Le morceau ressemble beaucoup au style de Justin Timberlake, si bien qu'on a parfois l'impression de l'entendre, et pour cause la chanson a été produite par Timbaland, le producteur attitré de Justin.
Le morceau Oo La La semble sortir tout droit des années 80 avec son ambiance mi-pop mi-disco, accompagnée par la douce voix de RT, un bon morceau de l'album. Le chanteur a tout de même posé sur une ballade, sa marque de fabrique, sur 4 The Rest Of My Life, un bon petit son mais qui n'est cependant pas à la hauteur d'un Lost Without U ou Sex Therapy.

A part ces quelques morceaux, le reste de l'album est plutôt décevant. A trop vouloir s'essayer à différents styles (RT s'essaie par exemple au rap dans Top Of The World, sans succès), l'album perd en cohérence et ne possède pas la fraîcheur qu'on attend. Certes, certains refrains sont accrocheurs et donnent envie de taper du pied et de bouger la tête comme Give It 2 U en featuring avec Kendrick Lamar mais la plupart sont loin d'être transcendants.

Blurred Lines est donc dans la lignée des précédents albums de Robin Thicke. Un album, au final qui a peu d'intérêt, si ce n'est servir de support à l'excellent single du même nom.


Alicia Keys lance un DVD Vh1 Storytellers

mardi 25 juin 2013      1 Commentaire      Vh1 Storytellers [Blu-ray]

Alicia Keys est définitivement de retour sur le devant de la scène! Alors qu'elle avait un peu fait moins parler d'elle ces dernières années, la chanteuse aux 14 Grammy Awards a tout d'abord sorti en novembre dernier Girl On fire, son cinquième album solo et sort aujourd'hui un DVD live enregistré lors de l'émission de télévision américaine VH1 Storytellers. Pour les non initiés, VH1 Storytellers est une émission de télévision américaine durant laquelle un artiste joue devant un public peu nombreux et discute de sa musique et de ses expériences aussi bien artistiques que personnelles : l'occasion idéale pour profiter de la si douce voix de la diva...



Enregistré le 12 novembre 2012, ce mini-concert se déroule dans une ambiance jazz lounge très chic avec une scène ornée de tapis et de bougies, accompagnée bien sûr d'un majestueux piano à queue au milieu. Le show dure une bonne soixantaine de minutes durant lesquelles Alicia Keys avait décidé de reprendre de nombreux morceaux de son répertoire, de l'album multi-platine The Diary of Alicia Keys au dernier en date Girl On Fire.
Tantôt accompagné d'un groupe de six musiciens, tantôt en solo, Alicia Keys interprète donc ses plus grands succès tels que No One, Fallin, If I Ain't Got You ou Empire State Of Mind (Part II) mais profite également de l'occasion pour jouer les morceaux de son dernier album comme Brand New Me, ballade co-écrite par Emeli Sandé, Not Even The King et bien sûr le single phare Girl On Fire.
Comme son nom l'indique, VH1 Storytellers est également conçu pour raconter des histoires. Au cours de plusieurs interludes, Alicia fait part de ses motivations et de confidences autour de certaines de ses chansons. On apprend notamment qu'elle chante Not Even The King à son fils Egypt tous les soirs et qu'au départ Jay-Z avait refusé ses pistes vocales pour Empire State Of Mind, amusant quand on connaît l'énorme succès qu'a finalement eu le morceau. Mais le moment fort est sans aucun doute l'explication de la création de You Don't Know My Name, le premier single de The Diary Of Alicia Keys, sorti en 2003. Alicia raconte avec passion l'écriture et la production du morceau, fruits de l'improvisation de Kanye West et John Legend, alors inconnus du grand public.

VH1 Storytellers est plutôt destiné aux fans d'Alicia Keys qui seront ravis de pouvoir voir et entendre la diva lors d'un concert de qualité, intimiste et rempli d'anecdotes. Cependant, pour les personnes qui ne sont pas encore sous la charme de la voix d'Alicia, ce DVD peut être un excellent moyen de découvrir la talentueuse artiste.

Teaser du DVD VH1 Storytellers d'Alicia Keys:

Avec Girl On Fire, Alicia Keys nous livre un cinquième album inégal

jeudi 13 juin 2013      Girl On Fire [+digital booklet]

Entre une collaboration avec Reebok, son association Keep A Child Alive, un mariage et un bébé, Alicia Keys trouve tout de même le temps pour faire de la musique puisqu'elle a sorti en novembre 2012 son 5ème album, Girl On Fire. La diva new-yorkaise s'est faite attendre 3 ans après la sortie de The Element Of Freedom et l'importante promo mise en place autour de l'album n'a fait que renforcer l'impatience des fans...


L'album démarre avec une jolie introduction au piano, De novo adagio, pour nous rappeler qu'Alicia Keys est une pianiste/arrangeuse hors pair. Les choses sérieuses commence avec Brand new me, un morceau très mélodieux qui présage du très bon pour la suite de l'album. When It's All Over est plus groovy et pas mauvais mais il manque ce petit quelque chose, qui vous fait frisonner et voyager. Listen to your heart et That's What I Knew sont du même acabit, ils se laissent écouter mais on reste un peu sur notre faim, on attend vraiment plus de la diva ! New Day, aux sonorités plus hip-hop est plutôt bon et accrocheur.

Et puis vient le tour de Girl On Fire, LE tube de l'album (pour preuve il est décliné en d’innombrables remixes sur les bonus tracks de l'album et sur Internet) dans la lignée des grands classiques d'Alicia. La voix, l'ambiance, la mélodie, le refrain, tout est parfait ! Ca y est, on est dans l'ambiance et puis patatra, Fire We Make arrive, un morceau soul en featuring avec Maxwell de 5 minutes qui paraît au moins 10 – on zappe. Sur Tears Always Win et Not Even The King, la voix d'Alicia et son piano sont au centre des débats. Dans 2 styles différents, une chanson pop pour le premier et une ballade pour le deuxième, les morceaux sont beaux et entraînants. Malheureusement, on retombe vite dans nos travers avec Limitedless, un morceau mi funk-mi reggae qui ne colle pas vraiment au style d'Alicia. L'album se conclue avec One Thing et 101, des ballades portées par une mélodie au piano qui nous rappelle que c'est dans ce domaine qu'Alicia Keys est la meilleure.

A l'arrivée, Alicia Keys signe un opus en deçà de ce que l'on pouvait espérer, alternant le bon et le moins bon. Certains titres sont excellents (Girl On Fire, Brand New Me, Tears Always win) alors que d'autres ne méritent pas leur place sur ce Girl On Fire.

Robin Thicke s'offre un EP/Best-of avant l'album

mercredi 05 juin 2013      Blurred Lines EP

Un peu plus d'un an et demi après Lover After War, Robin Thicke revient avec un sixième album solo, Blurred Lines, prévu pour le 8 juillet prochain. Pour son retour, il s'accompagne de Pharrell et T.I et signe le tube Blurred Lines, premier single de l'album. Le titre connaît un véritable succès en radio et sur les plates-formes de téléchargement, notamment grâce à son clip où apparaissent dénudées les mannequins Emily Ratajkowski, Jessi M'Bengue et Elle Evans.

Blurred Lines (version censurée) :


Pour patienter avant l'album, Robin Thicke nous propose un EP 6 titres, incluant bien sûr son nouveau single, mais aussi le meilleur de ses titres pour rappeler son parcours. L'EP débute donc avec Blurred Lines, nouveau single, s'ensuit sa version remixée par le DJ néerlandais Laidback Luke. On retrouve ensuite l'un de ses premiers titres et son premier single sorti en 2002, When I Get You Alone. La ballade Lost Without U, qui avait été élu chanson la plus sexy de l'année en 2007 mais qui est également considéré à ce jour comme le plus gros succès de Robin est bien sûr présente. L'EP se termine avec les hits Magic, morceau R'n'B à tempo rapide issu de son album Something Else et Sex Therapy, une ballade de l'album du même nom.

Avec cet EP de 6 titres, Robin Thicke nous livre un mini best-of très plaisant, même si un ou deux morceaux inédits n'auraient pas été de refus...